Visite d’un FabLab : L’Electrolab de Nanterre

Un peu d’histoire…

En 2010, Vincent PATRELLE a besoin d’un endroit où il pourra bricoler une ancienne voiture non fonctionnel. Il pense tout d’abord à squatter un bâtiment gratuitement avec l’accord du propriétaire mais en contrepartie, de pouvoir libérer les lieux temporairement à une date donnée. Néanmoins, Vincent PATRELLE voulait utiliser des machines d’usinage pour son projet. Il rencontre d’autres personnes qui ont le même but et avec cet objectif commun, vont demander à la marie de leur louer un endroit où mettre leur machine. Cette dernière, n’ayant pas beaucoup de choix à leur proposer, leur montre une cave de 150 m², délabrée, humide et non isolée. Cela ne ralentira pas nos passionnés de bricolage qui ne laisseront pas cet obstacle les empêcher d’atteindre leur but…

Aujourd’hui, il est situé au 58 rue Paul Lescop 92 000 Nanterre. Il est accessible par l’autoroute A86 ou par le RER A à l’arrêt Nanterre-Ville. Les locaux sont au sous-sol dans un espace de 1 500 m².

electrolab

Un plan de l’organisation de l’espace dans l’ElectroLab

Quels sont les outils et les locaux que vous possédez ?

Lors de la création de l’association et de l’aménagement des locaux, il était difficile de pouvoir investir. Pour avoir le plein contrôle des locaux, des projets et des machines, les premiers membres n’ont pas voulu demander à la mairie de les financer ou d’emprunter de l’argent à une banque.

Le problème était de taille, il fallait mettre les locaux aux normes (isolation, sanitaires) et l’aménager tout en dépensant le moins d’argent possible… Vincent PATRELLE investira dans un pot de peinture rouge et des lampes uniquement. Lui et ses camarades iront après demander à des grandes chaînes de bricolage de leur donner des matériaux qu’ils n’utilisent plus, ils iront demander aux entreprises s’ils peuvent récupérer leurs machines en panne ou non-utilisable, tout ça pour au final pouvoir remplir leur 1 500 m² de matériaux récupérés et mis à la disposition de tous.

Dans les locaux de l’ElectroLab, on trouve aujourd’hui plusieurs espaces différents :

– un espace électronique où il y a des paillasses pour soudure et pour couture. On trouve également des instruments de mesure comme des multimètres et des oscilloscopes, tous provenant de la récupération. Certains instruments, obtenus en masse, sont revendus à bas prix pour investir dans des machines plus modernes. De plus, dans cet espace, a été rajouté récemment un atelier avec une machine à coude qui sert de projet pour un groupe de membre de l’association. ;

– un espace mécanique où il y a toutes sortes de machines comme des fraiseuses, des perceuses, des tambours de machines à laver et des découpes lasers. Néanmoins, ces machines, provenant également de la récupération, sont non-opérationnelles mais l’association a pour projet de les remettre en état de marche. Ils disposent également d’une machine à souder le silicium ou des appareils à haute fréquence. Ils sont un des deux particuliers sont la possède en France. L’utilisation de cette machine est très dangereuse et rare car elle ne s’achète pas sur le marché. Les entreprises qui en possèdent y font très attention ;

– un espace détente et restauration pour les inconditionnels du travail. C’est un espace convivial avec des canapés, des tables et de la nourriture ;

– des espaces de stockage de projet avec des casiers loués à des entreprises et des petits casiers pour les particuliers où ils sont libres de déposer leurs projets ;

– des espaces de stockage de matériaux mis à disposition de tous où on trouve des moteurs, des métaux et du bois tous issus de la récupération ;

– un espace bibliothèque où se trouve le détail de la plupart des machines présentent dans les locaux. Certains documents sont assez rares et beaucoup de chercheurs viennent pour trouver des informations dans le but de réparer une machine.

L’objectif de cette multitude d’espaces réunit dans 1 500 m² est d’avoir une mixité dans les locaux et donc sur les projets mener. Cela permet à des membres de découvrir de nouveaux terrains et de partager leurs savoirs.

 

Quels sont les projets déjà réalisés et les projets futurs ?

Au départ, l’espace des locaux était de 150 m². Aujourd’hui, ils ont « colonisé » un espace dans un sous-sol de 1 500 m². Les projets réalisés dans cette association sont essentiellement pour aménager les locaux. En effet, l’association a récupéré beaucoup d’instruments, de matériaux et de machines à des prix plus bas que le marché mais certaines sont en pannes ou inutilisables. Grace aux matériaux récupérés, ils ont pu mettre en place leur propre réseau téléphonique et informatique qui est encore en cours d’amélioration.

Aujourd’hui, les espaces sont définis sur un plan précis. Les matériaux, instruments et machines possédés par l’ElectroLab sont rangés selon ce plan. Néanmoins, les espaces ne sont pas rangés de manière optimale, ni pratiques à être habités. En effet, il y a beaucoup de câbles et de fils qui ne sont pas tous fixé, qui parcourt tous les murs. Ils disposent de beaucoup de matériel ce qui demande beaucoup de travaux pour tous les mettre en place et les réparer.

Les futurs projets de l’association sont donc de réparer toutes les machines et de faire des travaux d’aménagement pour avoir un espace mieux décoré et mieux contrôlé. Par exemple, ils ont pour but d’ajouter un mur dans l’espace des machines mécaniques pour y mettre une salle accessible par un badge. Cela améliorera la sécurité car les personnes qui pourront entrer dans cette salle seront au préalable formées et sensibilisées à la dangerosité de certaines machines. Une salle blanche, encore plus performante que celle des hôpitaux, est également prévue dans ce même endroit.

La participation à des concours n’est pas envisagée par l’association mais peut être fait par un particulier ou une entreprise.

 

Quels sont les profils des membres et à qui l’association et les locaux sont-ils ouverts ?

L’ElectroLab est ouverte à toutes les personnes qui désirent profiter des locaux, faire une visite, parler de machines industrielles, rencontrer des personnes pour se renseigner et pour plein d’autres raisons. En somme, l’ElectroLab est ouverte à tout le monde qui se déplace pour y aller, et cela comprend les particuliers comme les entreprises (PME) et même des personnes étrangères. Par exemple, lors des vacances d’été 2016, l’ElectroLab a accueilli des visiteurs venant du Sud de la France et également des californiens.

De cette manière, les entreprises et les particuliers ont la même importance au sein de l’association et ils sont même complémentaires. Par exemple, lorsqu’une machine doit être réparée pour son utilisation, les particuliers se joignent au projet pour y apprendre tandis que pour les membres en entreprises les réparations sont finies plus vite ce qui leur permet de l’utiliser. Cette symbiose est bénéfique à tous et fait partie de la diversité de l’ElectroLab.

 

Est-ce possible de faire des visites et des formations pour les personnes « curieuses » ?

L’association offre des visites groupées le mardi soir à 20 h. Mais les locaux sont ouverts à partir de 17 h tous les jours pour y faire une petite visite.

Il faut normalement prévenir par mail pour être sûr d’avoir un interne présent pour cette visite. Une grande diversité de personnes visitent l’ElectroLab, même les personnes uniquement curieuses des machines, et instruments présent dans les locaux. Aujourd’hui, ces personnes sont des femmes qui s’intéressent de plus en plus à faire des projets innovants et c’est pour cette raison que la proportion de femmes augmente peu à peu dans ce milieu même si cette amélioration reste encore minime.

De plus, des écoles d’ingénieurs comme l’ECE ou l’ESIEE ont demandé à l’ElectroLab de leur donner une petite formation sur certaines machines utilisées en entreprises. Cela permet à ces écoles de compléter la formation de leurs étudiants en visitant un endroit rempli de machines industrielles. Il y a également des pages de formations sont mises en lignes pour aider les personnes qui s’intéressent à l’utilisation d’une machine en particulier.

 

Comment est organisé le bureau de l’association ?

Comme la grande majorité des associations, le bureau est constitué d’un président, d’un trésorier, de référents, etc… Néanmoins, le pôle communication est beaucoup moins présent dans le bureau par rapport à d’autres associations. De plus, contrairement aux associations étudiantes, le bureau est plus stable et les membres y sont permanents. Par exemple, le président de l’association a toujours été Vincent PATRELLE. Cela leur permet d’avoir plus de temps pour mettre en place un projet, de le finir et de passer la main à quelqu’un d’autre d’une manière moins brutale qu’une association étudiante. Depuis 6 ans, il dirige l’association et favorise son expansion. Les statuts sont donnés par des élections sont donc légitimes.

L’association embauche également depuis peu des salariés pour pouvoir ouvrir les locaux plus souvent et pour pouvoir répondre aux demandes de visite par exemple. Ces salariés y travaillent le plus souvent possible et se relaient avec les bénévoles.

 

Comment sont-ils financés ?

L’association a besoin de fonds pour payer le loyer imposé par la mairie, l’électricité consommée, le salaire de ses salariés, etc… Les fonds sont récupérés par :

– l’adhésion de membres qui est de 15 € par mois pour un particulier et  60 € par mois pour une entreprise ;

– location de grands casiers à des entreprises (PME) ;

– revente du matériel obtenu en masse à bas prix ;

– vente de nourriture et de boisson dans l’espace de convive.

 

Pourquoi cette association n’est pas tout à fait un FabLab ?

Pour répondre à cette question, il faut revenir à la définition d’un FabLab. Un FabLab est un lieu ouvert à tous où il y a à disposition des membres de l’association des machines et instruments qui ont pour but de servir à construire un projet personnel avec plus de facilité. L’ElectroLab se définit comme un « hackerspace » qui est un terme moins utilisé en France. En effet, ce terme fait souvent référence au piratage sur internet. Néanmoins, la définition de base du mot « hacker » est de détourner un objet de sa première fonction, ce qui est bien loin de la signification du terme qu’on utilise courament. Les « hackerspaces » sont plus nombreux aux Etats-Unis où ils acceptent mieux ce titre.

La nuance principale entre un FabLab et un « hackerspace » est que ce dernier bénéficie de plus de machines et d’instruments qu’un FabLab, ce qui permet d’y rencontrer une multitude de personnes venant de tous les horizons. Le problème rencontré est que, en France, se présenter comme « hackerspace » dans une mairie donne une mauvaise image et un refus de loger dans des locaux de la ville. L’ElectroLab a réussi à faire accepter leur vision d’un « hackerspace » ce qui leur a permis ce succès.

Plus d’informations sur : http://www.electrolab.fr/

Auteur : CHHIENG Lucie, ESILV 1A

Réagir sur l'article

Partages
Partager